Zone de pêche protégée et interdite entre le cap Rognoso et l’Épi Barraïa de la Marquet !

Après 25 années de suspense, la création d’un cantonnement de pêche à Cap d’Ail a été officialisée par arrêté ministériel du 23 octobre 2020. La pêche sous toutes ses formes et la plongée sous-marine y sont désormais interdites.

Le cantonnement de pêche à Cap d’Ail, c’est quoi ?

Nommé plus communément « réserve sous-marine », c’est une zone protégée qui s’étend à Cap d’Ail sur 244 hectares, précisément entre le Cap Rognoso et l’Épi Barraïa (plage Marquet). Le but : préserver et renforcer la richesse biologique du milieu marin cap d’aillois et pour améliorer la productivité sur l’ensemble du littoral concerné, du fait de ses fonctionnalités halieutiques particulières.

C’est le Maire, Xavier Beck, qui a fait appel au soutien et à l’appui du Département des Alpes-Maritimes, la Prud’homie de pêche de Villefranche-sur-Mer et la D.D.T.M. pour qu’enfin se concrétise ce projet de longue haleine, porté depuis près de 25 ans par la commune.

Avant que l’arrêté ministériel du 23 octobre 2020 n’officialise la création du cantonnement de pêche à Cap d’Ail, le conseil municipal de Cap d’Ail avait délibéré en ce sens à l’unanimité le 11 décembre 2019. De son côté, la prud’homie des pêcheurs de Villefranche-sur-Mer donnait son avis favorable le 17 décembre 2019.

Cette zone n’a en effet pas été choisie au hasard mais pour sa richesse et sa diversité faunistique et floristique. En devenant une zone de non pêche, les populations de poissons et de flore sous-marine vont pouvoir se développer, proliférer et s’étendre bien au-delà en quelques années seulement.

L’installation de sept panneaux de cantonnement financés par le Département des Alpes-Maritimes mi-avril depuis le port de Cap d’Ail jusqu’au cap Rognoso indiquent la zone de pêche interdite. La Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) a d’ores et déjà commencé les contrôles.

En cas d’infraction dûment constatée par la Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) ou la gendarmerie, les contrevenants encourent des sanctions administratives et pénales.

Et vu de la mer ?

Outre les panneaux de cantonnement qui ont été implantés sur le littoral, une demande a été effectuée auprès du service d’Etat des phares et balises pour la mise en place de balises de type croix de St André.
Des espars (marques à terre) seront aussi disposées très prochainement sur chaque extrémité de la zone de manière à être aperçues du large.

De façon générale, avant de venir plonger quelque part, il est important de toujours vous renseigner, surtout en mer.