Patrimoine Naturel

La préservation et la valorisation du patrimoine naturel

Cap d’Ail a la chance de disposer d’espaces naturels classés comme « remarquables ».

L’on y distingue trois types de paysages : des paysages exotiques, composés d’essences importées, à l’instar des palmiers, des espaces agricoles caractérisés par la présence d’oliviers et d’agrumes dans presque tous les jardins de la ville (notamment le parc du Centre Méditerranéen), et des essences forestières méditerranéennes, réparties sur l’ensemble du massif de la Tête de Chien.

Cette formation calcaire du Jurassique, d’environ 500 mètres d’altitude et d’une surface de 226 hectares, est classée en espaces boisés classés et zone naturelle remarquable par application de la loi littorale. Elle est d’une grande richesse sur le plan environnemental. Sa flore bénéficie d’un climat exceptionnellement tempéré, comporte plusieurs espèces protégées nationalement ; sa faune compte, en outre, huit espèces animales d’intérêt patrimonial.

C’est pourquoi le site de la Tête de Chien fait l’objet depuis de nombreuses années de conventions quinquennales entre les communes de Cap d’Ail, La Turbie et l’Office National des Forêts (ONF), et d’un accord entre Monaco et l’ONF. Enfin, la zone de protection du biotope1, qui abrite notamment la Nivéole de Nice, espèce endémique rare, a été classée par arrêté préfectoral.

Toujours pour protéger ses espaces naturels, la commune a étendu en 2011 le classement en espaces boisés2 à de nombreux jardins du centre-ville et dans les propriétés privées. Ainsi en va-t-il des parcs du Château Mallet (48 500 m2) et de la villa Capponcina (17 000 m2), et d’une quinzaine d’arbres identifiés comme remarquables tels que les oliviers centenaires de la Villa Lumières ou le cèdre vert à côté de la Poste.

Enfin, les ballades et les sentiers contribuent à valoriser ce patrimoine naturel. Entre mer et montagne, plusieurs sentiers panoramiques, comme celui de la Tête de Chien, ont été aménagés par l’ONF. Ils s’intègrent parfaitement au paysage car les matériaux utilisés pour leur réalisation ont été directement prélevés sur le site.

 

1 Biotope : milieu biologique offrant à un ensemble d’êtres vivants des conditions de vie relativement stables.

2 Espace boisé classé : tout espace vert à maintenir ou à créer (bois, parcs, jardins…).

 

Les espèces endémiques rares de la Tête de Chien

– La flore : la Nivéole de Nice, le Lavatère Maritime et le Chou de Robert, l’Atractyle, le Serapias oublié, la Romulée de Colonna, la Camélée, la Coronille de Valence, les garrigues thermophiles à Romarin, la Sabline faux Orpiny (trouvée récemment).

– La faune : les oiseaux patrimoniaux comprennent le Faucon pèlerin, le Circaète Jean-le-blanc, le Martinet pâle, la Pie-grièche écorcheur, le Monticole bleu, la Fauvette sarde, l’Hirondelle rousseline. L’herpétofaune locale comprend le Lézard ocellé, espèce remarquable, d’affinité méditerranéenne. Les Batraciens sont quant à eux représentés par le Spélerpès brun.